Les savoir-faire d’entreprises en Marches du Velay – Rochebaron

L'industrie du tissage, un savoir-faire indéniable en Auvergne

Du textile à la plasturgie, le pari d’une reconversion industrielle réussie

L’Office de Tourisme Marches du Velay – Rochebaron propose des visites d’entreprises de tissage, de plasturgie lors des découvertes de l’été et des journées du patrimoine. A noter aussi que certaines entreprises proposent des ventes d’usines durant les fêtes de fin d’année. N’hésitez-pas à vous renseigner auprès de l’Office de Tourisme Marches du Velay – Rochebaron.

foulards-echarpes-guillaumondAchetez local :

Offrez une écharpe made in Marches du Velay Rochebaron, différents modèles en vente à la boutique de l’Office de Tourisme

C’est à la fin du XVIIème que la passementerie, véritable savoir-faire, fit son apparition à Sainte-Sigolène.

Au XXe, près de 2 000 métiers à tisser rythmaient la vie de ses habitants : la ville fut alors classée Pays du Ruban. Puis, la profession connut une période de crise pendant l’entre-deux guerres. L’arrivée des métiers canuts favorisa le tissage de foulards de soie, d’étoles et d’écharpes de laine en usines et dans les ateliers familiaux. Après la seconde Guerre Mondiale, la ville retrouva des couleurs et s’imposa comme Capitale de l’Echarpe. Mais l’industrie textile subit de nouvelles crises, l’avenir était très incertain.

Savoir-faire extrusion plastique en AuvergnePar un heureux hasard, Jean BOST, ingénieur chimiste en visite à Ste-Sigolène au début des années 50, sut convaincre deux amis de s’intéresser au Plastique, un matériau nouveau appelé à un grand avenir. première machine, une «boudineuse» des petits profilés en P.V.C. Puis, en 1955, Abel BARBIER imposa l’extrusion gonflage de Polyéthylène. 20 ans plus tard, il fit des émules venant du tissage pour la plupart. L’extrusion plastique s’élargit du Plateau Sigolénois aux cantons alentours pour faire de ce secteur de la Haute-Loire, avec plus de 40% de la production nationale, le principal centre de production de films et sacs à usage industriel, agricole et ménager. Elle génère environ 4000 emplois directs et indirects dans la région.Cet esprit d’entreprendre fait partie intégrante de la vie des Marches du Velay, il contribue au dynamisme du territoire et impulse son souffle dans les mentalités.

Actuellement, la production s’adapte et se diversifie pour répondre aux diverses exigences écologiques. Ainsi, les industriels ont concentré leur recherche sur la production de films à usage alimentaire et médical en intégrant davantage de ressources bio compostables. Grâce à leur esprit et leur volonté d’entreprendre, les industriels locaux ont su réussir le pari de la transformation industrielle de leur territoire en prenant en compte l’inéluctable exigence des règles environnementales liées au développement durable.

L’agriculture reste aujourd’hui encore une activité très importante, les paysages sont façonnés par les pâturages et l’élevage bovin… Longtemps, les ouvriers des usines de tissage et de plastique conservaient cette double activité en continuant à faire vivre la ferme familiale et en conservant le patrimoine agricole.

musee-lafabriqueMusée La Fabrique

Incontournable pour découvrir la transition « du fil au film » animée par une équipe d’anciens passementiers et plasturgistes.

« D’audace, d’ingéniosité, de sueur » qui explique la reconversion des tisseurs en extrudeurs.

Témoignages et faits marquants décrivent l’histoire industrielle passionnante de Sainte-Sigolène.

Le musée s’est doté d’un film passionnant, réalisé par Carine Loubeau, pour décrire la naissance et le développement du tissage et, plus tard, la réorientation de l’industrie textile vers la plasturgie sur le plateau Sigolénois.

Cet entrepreneuriat résolument tourné vers l’avenir et la modernité a marqué Sainte-Sigolène et ses alentours.

Découvrez cette histoire à travers des témoignages, des faits marquants qui ont permis la prospérité de l’industrie plastique à Sainte-Sigolène. La plasturgie, toujours en évolution sur le plateau, est au carrefour d’une nouvelle étape et s’engage désormais dans le développement durable et des méthodes biocompostables à la pointe de cette technologie.

Le mot de Marc Robin, responsable du musée :
 » La dynamique industrielle du Plateau Sigolenois vous intrigue ? La visite du Musée La Fabrique à Sainte-Sigolène répondra à vos interrogations. Rare musée vivant de la région, il vous fera découvrir le délicat savoir-faire des anciens passementiers et l’enthousiasme des premiers ouvriers plasturgistes.
Puis le passionnant film de la réalisatrice Carine LOUBEAU, intitulé « D’audace, d’ingéniosité et de sueur », vous fera voyager au travers de quatre siècles d’une épopée industrielle remarquable.
Commencée en 1560 avec l’avènement de la passementerie à St-Didier-en-Velay, elle fera la richesse du nord-est de la Haute-Loire. Puis,  malmenée par de graves crises successives, elle plongera dans le marasme. Avant de rebondir à partir de Sainte-Sigolène, après la naissance de la plasturgie en 1950 et son développement exponentiel continu jusqu’à nos jours… »

Si vous ne le connaissez pas encore, c’est LE moment de vous y rendre ! Ouvert toute l’année, les 1ers dimanches de chaque mois.

Consultez la page du musée La Fabrique.

Découvrir Visiter Bouger Séjourner Savourer Se divertir